Mise en place d'un outil et d'une méthodologie de suivi

                                     des nuisances olfactives

À la suite de réclamations de la part des riverains dues aux odeurs nauséabondes, la DSEA  (Direction des services de l'environnement et de l'assainissement) voudrait mettre en place un moyen de mesure de ces odeurs et aussi détecter les différents gaz pouvant être respirés par les habitants mais aussi par les passants près des chantiers et ainsi évaluer le nuisance et la toxicité.

SITUATION ACTUELLE 

Actuellement, aucun outil de mesure propre à la section Qualité-Environnement n'est existant. Les précédentes mesures découlent d'un appareil prêté par un partenaire à titre expérimental.

MOYENS

La première phase nécessite de planifier mon travail (GANTT).

La seconde nécessite d'utiliser des outils (Benchmarking, QQOQCP, CDC, analyse fonctionnelle, bête à corne) afin d'instaurer des limites vis-à-vis de l'appareil voulu mais aussi les fonctions qu'il doit remplir, l'évaluation des différents risques et défaillance (AMDEC).

Ensuite, il conviendra de réaliser une étude de marché afin de trouver le meilleur rapport qualité-prix et éventuellement une courbe d'amortissement.

Un mode opératoire est nécessaire pour l'utilisation (fiche procédure, logigramme), éventuellement un diagramme des flux qui va montrer le rôle de chacun et faire apparaître les limites (relevé des valeurs jusqu'à l'analyse des données.

Les relevés se feront et seront analysés grâce à un tableur Excel.

La plus grande difficulté réside dans les relevés qui ne seront pas significatifs si absence d'évènements odorants importants car les odeurs sont plus intenses durant la période estivale.

Création d'une nouvelle compétence et formation à prévoir d'un agent de la DSEA.

RESULTATS ATTENDUS 

L'appareil devra être mis en place et être opérationnel avant la période estivale (avril-mai).

 

 

Joomla templates by a4joomla